Y a-t-il un vote communautaire des musulman·es ?

L’idée s’installe dans les médias que la gauche radicale en France se serait lancée dans une entreprise de séduction clientéliste d’un “vote communautaire musulman”. Mais peut-on parler d’un vote identitaire ou religieux à propos de ces électrices et de ces électeurs ?

En 2017 et 2022, la surmobilisation des citoyen·es musulman·es pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon avait été interprétée comme le résultat d’une stratégie clientéliste. Plus récemment, le positionnement de la FI sur le conflit israélo-palestinien est interprété comme un moyen d’entretenir un lien politique avec les musulman·e·s de France, fondé sur une base considérée par de nombreux observateur·ices·s comme problématique.

En 2022, 69 % des votant·es musulman·es en France ont voté pour JLM au premier tour de la présidentielle (sondage IFOP La Croix). Le candidat de la FI réalisait alors des scores très élevés dans des banlieues populaires où les populations issues de l’immigration sont nombreuses. Il dépasse ainsi les 60% dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis.

Tout d’abord, rappelons que cette préférence pour la gauche de l’électorat musulman n’est pas un phénomène propre au candidat Mélenchon. Déjà en 2012, au second tour, 93% des musulmans avaient voté F. Hollande (Opinionway).

Vote communautaire, vote religieux, quelles sont les réalités de cette préférence électorale ? De nombreuses recherches quantitatives montrent la corrélation évidente entre l’appartenance à un groupe racialisé et le vote en faveur de la gauche, principalement en Amérique du Nord mais aussi en Europe (par exemple, Saggar et Heath 1999). La chercheuse Fatima Khemilat proposait dans le Monde en 2017 une analyse de l’impact de la variable musulmane sur le vote : “Les lois portant sur le voile, le niqab par exemple, comme les propos anti-islam vont être pris en compte dans la pesée des différents programmes et candidats.”

Dans la pratique, il s’agit donc davantage d’un vote de défiance à l’encontre de candidats islamophobes que d’un vote visant à défendre des intérêts religieux. Le fait d’être musulman implique sans surprise de ne pas cautionner des forces considérées comme hostiles à l’identité à laquelle on se trouve assigné, ce qui limite considérablement le spectre des partis qu’il est envisageable de soutenir. Au-delà de ce fait, la grande majorité des électeurs issus de l’immigration explique son vote de la même manière que la population d’ascendance européenne: par des préoccupations sociales et éco (salaires, services publics) plutôt que par des motifs liés à l’identité culturelle.

Les chercheurs Sylvain Brouard et Vincent Tiberj, dans Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque (2005), invitent ainsi à ne pas surestimer l’impact de la variable religieuse au détriment de la situation de relégation sociale et économique corrélée à l’appartenance à tel ou tel groupe religieux.

Aujourd’hui, nous n’observons toujours pas de “vote des mosquées”. Dans un sondage mené sur le panel Bilendi en février 2023, on repère même un effet négatif de l’intensité de la pratique religieuse musulmane sur le vote pour J-L. Mélenchon : plus on est pratiquant, moins on vote pour ce candidat et plus on a tendance à privilégier le vote pour E. Macron.

L’ouvrage Votes populaires! (2022) du collectif Focale, fondé sur une analyse multivariée du vote dans deux villes populaires, invalide également l’idée d’un vote communautaire en 2017, c’est-à dire d’un vote dicté par l’appartenance à un groupe religieux, ou issu d’une même origine migratoire. En analysant le vote des musulman·es de Villeneuve-Saint-Georges à l’aune de leur position sociale, nous observons que plus ce groupe occupe des positions sociales dominées, plus il vote pour Mélenchon. Au sein du salariat qualifié musulman, le candidat de LFI est concurrencé par le Macron. Chez les cadres de confession musulmane, il perd treize points quand E. Macron en gagne huit.

Le survote musulman en faveur de Mélenchon semble être le résultat d’un positionnement politique lié à une histoire de discrimination raciale qui ne peut être comprise indépendamment de la domination économique, et nous indique qu’une analyse intersectionnelle du vote est essentielle. Le survote des musulman·es s’inscrit dans des attitudes idéologiques cohérentes avec la gauche : ils se montrent plus favorables à la redistribution la hausse des salaires, la protection des services publics et de la lutte contre les discriminations que le reste de la population.

Il nous semble donc crucial de rappeler cinq éléments :

  • Il existe une préférence des musulman·es, lorsqu’ielles votent, pour la gauche. Et ce phénomène ne se limite ni au candidat Mélenchon, ni au cas français.
  • On observe un effet limité de la variable musulmane sur le choix du candidat. Si elle a une influence, c’est plutôt pour déterminer pour qui ne pas voter.
  • Les musulman·es ayant une pratique religieuse assidue votent moins pour J-L. Mélenchon que les musulman·es non pratiquant·es.
  • Le vote musulman n’est pas homogène, J-L. Mélenchon réalise des scores élevés chez les groupes précaires, mais il est concurrencé par E. Macron chez les cadres.
  • Ces groupes se caractérisent par un surcroît d’attachement aux valeurs de gauche (redistribution, services publics, lutte contre les discriminations) lié avant tout à l’expérience de discriminations économiques et raciales.

On gagnerait donc à appliquer un principe de symétrie en analysant le vote des musulman·es de la même manière que celui des autres groupes, en prenant en compte l’épaisseur de leur position sociale, des contraintes économiques qu’ils subissent et des positionnements idéologiques qu’ils adoptent, plutôt que de réduire leur participation électorale à la revendication d’une identité culturelle ou religieuse essentialisée.



Citer ce billet
Quantité Critique (2023, 3 novembre). Y a-t-il un vote communautaire des musulman·es ? Quantité Critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3z7

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search