Les jeunes cadres et le mouvement contre la réforme des retraites

Article originellement publié dans Les Echos Start par Marion Simon-Rainaud. Même si la réforme des retraites mobilise le secteur privé davantage que d’habitude, que le mouvement de grève semble aussi intersectoriel qu’intergénérationnel, les jeunes cadres ne sont pas légion dans les cortèges. Se sentent-ils moins concernés ? S’autocensurent-ils ? On a posé la question à deux sociologues pour comprendre.


Monica (le prénom a été modifié), presque la trentaine, cadre dans une PME, n’a jamais fait grève. Jeudi 19 janvier non plus, premier round de la mobilisation contre la réforme des retraites du gouvernement. Elle a défilé à Paris alors qu’elle était en télétravail « entre deux réunions » pour « gonfler les rangs de la manifestation ». La jeune cadre justifie : « Je travaille dans une petite entreprise de 25 salariés, où tout le monde fait beaucoup d’efforts pour atteindre ses objectifs, je n’avais pas envie de pénaliser qui que ce soit, et j’avais des rendez-vous prévus, je ne voulais pas leur faire faux-bonds. » Dans le même temps, parce qu’elle trouve cette réforme « dégueulasse », elle tenait à « montrer son soutien » au mouvement en étant décomptée dans le nombre de manifestants.

« Ça a toujours été très compliqué pour les cadres de sortir pour se mobiliser », rappelle Sylvie Contrepois, sociologue du travail et chercheur associée au CRESPPA-CSU dont le travail se focalise sur les transformations du syndicalisme en France. L’une des principales raisons selon elle, c’est que les cadres sont payés au forfait-jours, c’est-à-dire à la mission, sur la base d’un nombre de jours travaillés annuellement, sans décompte du temps de travail. « La grève a pour eux peu de sens puisqu’ils devront ‘rattraper’ leur retard et moins de force car ils n’ont pas de pouvoir de blocage. » Contrairement aux employés des raffineries .

« C’est encore plus intimidant »

La sociologue rappelle que les cadres n’ont pas la culture de la grève. « On sait que cela compte dans l’avancement des carrières, et ce probablement plus encore pour les cadres,qui par définition occupent des fonctions d’encadrement, relève la sociologue Sylvie Contrepois. Les salariés le savent et faire grève peut être dissuasif de ce point de vue. » Pour rappel, le jour de la grève, l’employeur se charge du recensement des grévistes. Concrètement, après avoir déclaré sa mise en grève par mail, l’entreprise liste nommément qui travaille ou non.

A cela, il faut ajouter le facteur éloignement induit par le télétravail pratiqué en majorité par les cadres. En France, près de six cadres sur dix télétravaillent chaque semaine, d’après les dernières données de l’Insee . «L’histoire nous a appris que c’est souvent en voyant ses collègues mobilisés qu’on décide de faire grève ensemble, souligne la sociologue. Déjà les cadres n’ont pas le réflexe de battre le pavé alors s’ils n’ont pas de visibilité sur leurs collègues mobilisés, c’est encore plus intimidant ! »

Grève, oui, mais un jour sur deux

Coline, 31 ans, travaille dans une TPE de cinq salariés. Elle était la seule et unique gréviste jeudi 19 janvier 2023 de son entreprise. Après « une longue hésitation » entre autres en raison « de [s]a charge de travail forcément reportée, du fait que cela ne se fait quasiment pas dans [s]a profession, ni [s]on entreprise, et de l’impact financier du choix d’être gréviste », elle avoue s’être sentie tantôt un peu «mal à l’aise » quand il a fallu l’annoncer, tantôt un peu «coupable ». A cause de rendez-vous déjà planifiés et d’une réalité économique non-négligeable en tant que jeune maman , elle ne s’est pas remise en grève ce mardi.

Pour les cadres payés au forfait-jours, c’est un «abattement de salaire proportionnel à la durée de l’arrêt de travail » qui s’applique, avec au passage une mécanique de calcul assez complexe pour l’employeur.

Yann Le Lann, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille et expert des mouvements sociaux, n’est pas étonné : « Les grévistes mettent souvent en place des stratégies pour limiter l’impact budgétaire de la grève sur leur feuille de paye », qu’ils soient employés ou cadres dans le secteur public ou le privé. « On sait par exemple que certains ne se mettent en grève qu’un jour sur deux pour cette raison, mais pour autant ils se sentent appartenir pleinement au mouvement. »

Cotiser à une caisse de grève

Le télétravail peut aussi faire office de couverture. Alex, 29 ans, ingénieur dans un groupe de cosmétique, témoigne : « Pour ne pas éveiller les soupçons, je me suis connecté 5 minutes après le déjeuner et j’ai envoyé un mail dans l’après-midi », confie-t-il. Avant d’ajouter : « Mon supérieur était au courant que j’allais à la manif, on s’entend très bien, et certains de mes collègues aussi, j’ai arrangé mon planning pour ne pas avoir de réunions sur le créneau de 15 à 18 heures. » Une stratégie qu’il a appliquée les 19 et 31 janvier pour marcher dans les rues de la capitale parmi le demi-million de manifestants (source : CGT).

Oui, mais faire grève tout en étant payé, ce n’est pas vraiment faire grève… Alors Alex a décidé de reverser l’équivalent de ces deux demi-journées de travail (qu’il estime à 50 euros) à une caisse de grève pour soutenir les grévistes, après avoir discuté avec les syndicats qu’il a consultés sur cette question. « Ce sera plus utile que de se mettre en grève », assume-t-il.

En « télétravail », en congé pour une demi-journée ou la journée entière, en repos, en pause plus ou moins longue… On a croisé jeudi dernier parmi les défilants une myriade de statuts différents. « L’important c’est de participer, plaisante Yann Le Lann. La manifestation devient le point névralgique de la mobilisation plus que la grève en soi. » Car que ce soit par les autorités ou les syndicats, ce sont les décomptes des manifestants dont on parle le plus (2 millions le 19 janvier 2023 contre 2,5 million le 31 janvier partout en France, selon les syndicats) et non du nombre de grévistes. D’ailleurs, d’une semaine à l’autre, les rangs des cortèges se sont renfloués tandis que le pointage des grévistes lui a diminué.

« Grève par procuration »

Mais alors se passe-t-il quelque chose de nouveau ? « Nous avons déjà observé ce mécanisme de ‘grève par procuration’ du secteur privé et de certains cadres lors des mouvements sociaux d’ampleur en 1995, rappelle le sociologue. Mais avec les nouvelles modalités de travail plus flexibles, ce phénomène pourrait s’accentuer, voire être dépassé, avec des participations plus ponctuelles sur une ou deux heures. »

Autre hypothèse pour les prochaines semaines : l’alternative pour ces cadres de se mobiliser en dehors du temps de travail, le week-end, sur le modèle des certaines marches pour le climat ou même en s’inspirant des manifestations des Gilets Jaunes.

Au terme d’une réunion intersyndicale, les dates du mardi 7 et du samedi 11 février ont fait consensus pour reconduire la mobilisation.

Marion Simon-Rainaud



Citer ce billet
Quantité Critique (2023, 31 janvier). Les jeunes cadres et le mouvement contre la réforme des retraites. Quantité Critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3z4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search