Trois conglomérats pour une élection. Les bases sociales de l’espace politique en 2022

Dans cette note d’analyse, Quantité Critique revient sur les résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2022 à partir du croisement de données et de sources publiques, afin de décrire les assises sociales du nouvel équilibre issu de ce scrutin.


Comme en 2017, le second tour de la présidentielle se joue entre Emmanuel Macron (27,84 %) et Marine Le Pen (23,15 %). La gauche radicale, elle, est arrivée en 3e position et a bien failli se qualifier avec un score de 21,95 %. Parmi les neuf autres candidats, seul Eric Zemmour se hisse au-dessus du score symbolique de 5 %. Cette élection poursuit le mouvement de recomposition du champ électoral initié à partir de 2017, vers une tripartition entre l’extrême droite, la droite libérale et la gauche radicale. La dernière élection présidentielle avait en effet éliminé les partis politiques traditionnels de gouvernement (LR, PS) du second tour et ouvert une séquence de recomposition politique. La dimension disruptive du moment politique avait dominé l’interprétation[1] des résultats. Pourtant, les électorats d’E. Macron et de ses deux principaux opposants s’étaient largement construits autour de conglomérats politiques : centre gauche à centre droit pour E. Macron ; une partie de l’électorat de François Hollande additionné à ses soutiens de 2012 pour Jean-Luc Mélenchon ; renforcement du bloc d’extrême droite pour M. Le Pen par la mobilisation d’abstentionnistes et de déçus de la droite républicaine. Loin de dépasser les repères gauche-droite hérités du passé, l’élection présidentielle de 2017 les avait mobilisés dans des offres électorales nouvelles et produit un nouvel équilibre des forces.

L’élection de 2022 parachève ce travail de recomposition du champ électoral. La droite traditionnelle de gouvernement disparaît sèchement et le Parti Socialiste confirme sa perte d’influence. Cet approfondissement de la tripartition peut pourtant sembler surprenant. Dans un contexte d’abstention répétée, notamment des catégories populaires, les résultats des élections intermédiaires avaient souligné l’instabilité des bases sociales des candidatures de M. Le Pen et JL. Mélenchon. Ces élections tendaient à démontrer une certaine résilience des majorités locales sortantes, emmenées par les partis traditionnels de l’espace social-démocrate et de la droite républicaine. Les sondages ont également pu mesurer la persistance d’un refus de voir se rejouer un duel E. Macron – M. Le Pen[2]. Enfin, la campagne présidentielle a été marquée par l’offensive d’E. Zemmour à l’extrême droite et la multiplication des candidatures à gauche, laissant envisager un éclatement des électorats.

Chacun de ces obstacles à l’approfondissement de la tripartition engagée en 2017 semble avoir été dépassé par les dynamiques de la campagne, qui ont favorisé le prolongement des déplacements de 2017. Pour autant, le mouvement électoral en cours semble profondément connecté aux divisions économiques et idéologiques de la société française. Les analyses produites depuis le premier tour permettent une première approche des phénomènes de reproduction du comportement électoral, mais également des déplacements que connaissent ces conglomérats électoraux. La carte des résultats par bureau de vote et les sondages “jour du vote” constituent des éléments d’analyse complémentaires. Jusqu’à présent, les données disponibles se présentent souvent sous une forme élémentaire permettant un repérage “vue d’avion” des tendances. L’analyse cartographique ne saisit pas le comportement des groupes minoritaires sur un territoire et les sondages possèdent rarement un échantillon suffisamment important pour étudier des populations situées au croisement de plusieurs propriétés sociales. La décomposition des électorats, selon les niveaux de revenu, la PCS ou le lieu d’habitation donne des repères intéressants, mais sont limités pour comprendre ce qui se constitue à l’intersection des variables lourdes[3]. Chacun des électorats ne peut être réduit à ses moyennes ou à ses pointes hautes. Nous faisons l’hypothèse qu’ils sont constitués en conglomérats. Le terme a d’abord été utilisé pour appréhender la diversité des votant·es FN dans les années 2000[4] mais il est probable qu’il soit désormais approprié pour caractériser l’électorat d’E. Macron et surtout celui de JL. Mélenchon.

Conscients des limites des informations disponibles pour saisir des comportements électoraux, nous ébauchons ici un premier repérage des socles sociaux sur lesquels se déploient ces électorats. Ces analyses visent moins à apporter des réponses qu’à présenter les points qui restent encore à élucider.

Fondements et frontières de la tripartition électorale

La manière dont les trois conglomérats se sont consolidés lors de ce premier tour – en agglomérant à eux trois plus de 73 % des votes exprimés – donne à voir une accentuation des spécificités de chaque électorat issu de l’élection de 2017. De fait, la compréhension du moment politique passe par l’analyse des terreaux sociaux qui favorisent le renforcement des différences entre chacune des forces politiques.

Emmanuel Macron : le déplacement à droite du bloc bourgeois

En 2017, E. Macron avait été élu en grande partie par un électorat issu de la gauche réformiste, provoquant la quasi-disparition du parti socialiste. Cette année, il a retardé au maximum son entrée officielle en campagne, tout en tentant de mobiliser à l’automne cet électorat en insistant sur l’efficacité des politiques de dépenses publiques durant la crise sanitaire et la faiblesse du taux de chômage. Après sa déclaration de candidature, marquée par les questions internationales, il a infléchi ces axes de campagne en appuyant la nécessité d’augmenter l’âge de départ en retraite et de conditionner le RSA à des heures de travail “bénévoles”. Dans ce contexte marqué par des signaux contradictoires et fluctuants, les premiers résultats montrent que c’est désormais l’électorat de droite qui lui permet d’accéder au second tour, condamnant la droite républicaine au score le plus bas de son histoire. Ainsi, parmi les électeurs et électrices de François Fillon en 2017, ils sont 39 %[5] à avoir voté pour E. Macron au premier tour en 2022, contre seulement 21 % pour Valérie Pécresse qui n’obtient que 4,78 % des voix au total. De même, 47 % des électeurs et électrices de Nicolas Sarkozy en 2012 ont voté pour le président sortant ce dimanche 10 avril. Le déplacement à droite de l’électorat de E. Macron vient compenser un affaiblissement de son aile gauche. Premier candidat chez les sympathisant·es du Parti Socialiste et des Verts en 2017, il est désormais devancé par JL. Mélenchon au sein de ces groupes de votant·es. Le conglomérat macroniste penche donc de plus en plus à droite, conformément au constat réalisé lors des élections intermédiaires. Cette dynamique est confirmée d’un point de vue territorial et social, puisque E. Macron s’empare de bastions historiques des Républicains tels que l’ouest parisien (voir fig. 1) et les villes favorisées des Hauts-de-Seine et des Yvelines.

Figure 1 Carte au bureau de vote des résultats d’E.Macron à Paris en 2017 (en haut) et 2022 (en bas)
Source Ministère de l’Intérieur https://quantitecritique.shinyapps.io/presid-paris/

En régions, il renforce sa position dans les territoires du Nord-Ouest ancrés à droite (comme la Sarthe, le Calvados, la Manche, la Mayenne, l’Orne, le Maine et Loire, La Vendée), mais peine à convaincre de nouveaux électeurs et électrices en Bretagne et dans le Sud-Ouest. À l’Est, il progresse fortement en Alsace, dans le Doubs, la Marne et l’Aube. Dans la moitié Sud de l’hexagone il progresse peu, à l’exception de territoires caractérisés par une population âgée et une économie touristique tournée vers les classes supérieures (Côte d’Azur, bassin d’Arcachon, Île-de-Ré…) soutenue par le “Quoi qu’il en coûte” d’E. Macron durant la crise sanitaire. Dans les territoires ruraux les plus pauvres du Sud-Ouest, il connaît des reculs importants, comme en Corrèze ou dans les Pyrénées (l’Ariège, les Hautes-Pyrénées). Enfin, son score baisse dans les territoires d’Outre-Mer d’Amérique (Guadeloupe, Martinique, Guyane).  

Sur l’ensemble du territoire français, plus les communes sont riches, plus elles tendent à voter pour E. Macron. Il réalise ses scores les plus importants au sein des 3 % des communes les plus riches, malgré la concurrence de E. Zemmour et V. Pécresse.

Figure 2 Vote pour E. Macron en fonction du niveau de vie médian des communes

Dans les sondages, différents indicateurs, objectifs et subjectifs, sont utilisés pour saisir les choix électoraux du point de vue des conditions sociales : la catégorie socioprofessionnelle, le niveau de revenu, le niveau de satisfaction global dans la vie, etc. Pour ce qui est du vote en faveur d’E. Macron, l’ensemble des indicateurs converge pour dépeindre un électorat aisé et dans une situation stable. En effet, il réalise ses meilleurs scores chez les catégories supérieures (43%), dont les cadres et professions intellectuelles supérieures (34%). Le mouvement de transfert des électeurs et électrices fillonistes explique l’accentuation du caractère élitaire et vieillissant (il réalise 39% chez les plus de 65 ans) du conglomérat macroniste. En 2017, Luc Rouban[6] avait mis en lumière une fracture entre les groupes des classes supérieures très diplômées favorables à E. Macron et d’autres, se caractérisant davantage par l’importance de leur patrimoine économique, se tournant plus volontiers vers la candidature de F. Fillon. En 2022, ces classes possédantes ont largement rejoint le conglomérat d’E. Macron, venant y retrouver une partie du salariat supérieur.

Décrochage dans les milieux populaires ?

Pour autant, à ses marges, l’électorat macroniste dépasse le périmètre du “bloc bourgeois[7]”. Son taux de pénétration dans les milieux précaires stagne et reste bien plus faible que dans les milieux aisés, mais il garde une composante populaire importante.

Sa capacité à mobiliser les milieux populaires varie grandement selon les fractions de classe étudiées. L’analyse par PCS ne permet pas de comprendre le déplacement du vote populaire d’E. Macron, puisqu’il réalise chez les ouvriers et employés des scores à peu près similaires à 2017. Il réalisait 19% chez les employés et 16% chez les ouvriers, et désormais 17% et 18% dans ces catégories. Mais le premier tour montre un net recul du président sortant dans les quartiers populaires des grandes villes. En Seine-Saint-Denis (département métropolitain le plus pauvre), son score est passé de 24,04 % en 2017 à 20,27 % en 2022. Dans le même département, la candidature de JL. Mélenchon a quant à elle progressé de 34 % à 49,02 %. 

La grande diversité des groupes populaires du point de vue des revenus, de la stabilité de l’emploi ou encore de l’expérience du racisme, rend nécessaire une analyse plurifactorielle de cette dynamique. Le collectif Focale[8] a montré le poids structurant du parcours migratoire familial – qui peut fonctionner comme une variable permettant de saisir approximativement l’expérience de la discrimination – dans la politisation électorale des habitants des quartiers populaires. Or, les résultats du premier tour montrent la désaffection des citoyens de confession musulmane, chez lesquels E. Macron recule nettement[9]. On peut faire l’hypothèse que la fracturation de classe au sein de ces parcours migratoires s’est intensifiée et que l’électorat d’E. Macron exposé aux discriminations raciales ne concerne plus que les profils les plus socialement dotés en capitaux. 

Il est probable que la composante racisée de cet électorat soit en diminution. L’ancrage populaire d’E. Macron reposerait ainsi sur une recomposition assez importante de son électorat par rapport à l’élection précédente. Ces nouveaux électeurs et électrices populaires d’E. Macron sont peut-être à l’image du déplacement de l’ensemble du conglomérat, plus âgés et plus à droite que ceux de 2017. Sa progression dans les espaces péri-urbains et les zones rurales peut également expliquer cette résistance en milieu populaire.

Valérie Pécresse : un recul généralisé
Si la sociologie des électeurs et électrices de V. Pécresse reste la même que celle de l’électorat historique de la droite républicaine (urbains, âgés, cadres et dirigeants d’entreprises), le résultat dans les urnes s’effondre en revanche entre 2017 et 2022. En cause : une campagne qui n’a pas réussi à prendre et le candidat E. Macron plus convaincant sur des propositions largement similaires (retraite à 65 ans, conditionnalité du RSA à quinze heures d’activité par semaine, etc.). Le président sortant réussit ainsi à convertir une partie de l’électorat de V. Pécresse, posant de fait la question de l’avenir des Républicains. L’électorat de V. Pécresse ne rassemble que les plus loyaux des électeurs et électrices des Républicains. La candidate recule dans l’ensemble des catégories sociales et sur l’ensemble du territoire. Il est difficile, avec les chiffres actuels, d’analyser la particularité de ses quelques zones de force. D’après l’Ifop “Jour de Vote”, plus de deux tiers (69 %) de son électorat est composé d’électeurs et électrices se disant proches des Républicains. C’est, avec celui d’Anne Hidalgo, l’électorat le plus structuré autour d’une affinité partisane. Pour autant, en pénétration, la candidate ne rassemble que 45 % des proches des Républicains, quant E. Macron obtient les voix de 23 % d’entre eux et M. Le Pen 22 %. Signe que, si le président sortant est désormais l’héritier de l’électorat de la droite, les sympathisant·es des Républicains, quant à eux, ne l’identifient pas comme le leader naturel de leur famille politique, mais sont tentés à niveau égal par le vote pour M. Le Pen. La centralité des thématiques sécuritaires et migratoires dans le discours du parti traditionnel de la droite républicaine peut expliquer cette inclinaison.

Pour conclure

  • Le bloc bourgeois qui s’est constitué en 2017 autour de la candidature d’Emmanuel Macron s’est largement déplacé sur la droite, en agrégeant une partie importante des électeurs et électrices de la droite traditionnelle, au détriment d’une plus faible part de son électorat qui a préféré se tourner vers les différentes candidatures de gauche.
  • La captation de l’électorat de F. Fillon fait désormais des électeurs et électrices d’E. Macron le conglomérat le plus élitaire parmi les grands électorats et celui occupant les positions les plus valorisées économiquement du marché du travail. 
  • Parmi les classes supérieures, les zones de résistances vis-à-vis de la proposition d’Emmanuel Macron sont probablement liées, d’un côté, à un fort sentiment d’appartenance à un des courants d’idées incarnés par les candidatures de V. Pecresse et E. Zemmour, et de l’autre, à une préoccupation écologique qui conduit à se tourner vers les candidatures Yannick Jadot ou JL. Mélenchon. 
  • Parmi les groupes populaires, les caractéristiques de son ancrage sont encore à documenter mais on peut faire l’hypothèse d’une importante reconfiguration.

Marine Le Pen : extension géographique et spécialisation sociale

Malgré la dispersion de ses candidatures, l’extrême-droite parvient à se hisser une nouvelle fois au second tour. En prenant en compte les résultats de M. Le Pen, E. Zemmour et N. Dupont-Aignan, l’extrême droite est parvenue à mobiliser 32,38 % des électeurs et électrices, seuil qu’elle n’avait jamais atteint en France, tous types de scrutins confondus. Dans la première partie de la campagne, la candidature d’E. Zemmour, plus ouvertement xénophobe et plus ancrée dans les milieux d’affaires, a déstabilisé celle de M. Le Pen. Le candidat, que certains sondages de novembre-décembre 2021 créditaient d’un score d’environ 17 %[10], a finalement réalisé le score de 7,07 %, le plaçant à la quatrième place. Par certains aspects, sa candidature a même constitué dans la seconde partie de la campagne un véritable atout pour ce camp. Omniprésente dans les médias, la figure d’E. Zemmour a parachevé le processus de dédiabolisation de M. Le Pen, initié depuis son arrivée à la présidence du parti en 2011. M. Le Pen s’est contentée d’une campagne sobre, s’affichant sur quelques plateaux et lors de déplacements, et mobilisant des réseaux locaux pour appuyer sa candidature dans les territoires. Malgré cela, sa campagne est celle qui a été évaluée comme étant la meilleure, considérée comme “bonne” par 57 % des sondé·es par Ipsos à la veille du premier tour[11]. S’exprimant peu, elle s’est principalement portée sur des questions liées au pouvoir d’achat des Français, première préoccupation des électeurs et électrices – et particulièrement des siens – au côté des enjeux d’immigration et de sécurité, et a pu bénéficier d’une base électorale mobilisée et fidèle.

À la conquête de l’Ouest : l’ancrage territorial du vote pour M. Le Pen

Historiquement, l’implantation territoriale du RN se caractérise à la fois par une forme de stabilité et une progression régulière. Mais on assiste toutefois à des mutations géographiques progressives de son électorat. Le RN (FN) était au départ essentiellement un vote urbain et de banlieue, avant de s’étendre au fil des années à tous les types de territoires pour finir par s’ancrer principalement dans les milieux ruraux (Chiche, 2017). Ce premier tour poursuit ce développement : les grands centres urbains restent les territoires où M. Le Pen réalise ses plus faibles scores. Elle n’obtient par exemple que 5,5 % des voix à Paris, 8,5 % à Bordeaux et 9 % à Lyon. Contrairement aux autres candidats, qui font leurs meilleurs scores en zone urbaine (94 % des communes où JL. Mélenchon arrive en tête sont urbaines et 72 % pour E. Macron), M. Le Pen détient un vote surtout rural, puisque 56 % des 19 951 communes où elle arrive en première position se situent en zone rurale ou semi-rurale. Ainsi, elle consolide ses zones de forces dans les Hauts-de-France et acquiert une implantation de plus en plus vaste sur le territoire, témoignant de la diffusion au plan national du vote de campagnes. L’analyse de B. Coquard[12] permet toutefois de préciser une lecture ville/campagne qui se montre trop simpliste. C’est avant tout une morphologie sociale spécifique (bassin d’emploi peu dynamique, surreprésentation des moins diplômés, taux élevé d’accès à la propriété) qui définit les espaces de force du RN.

Figure 3 Évolution du vote pour M. Le Pen entre 2017 et 2022
Source Le Monde

M. Le Pen consolide son ancrage dans le Nord et l’Est de la France, mais elle subit une légère déconvenue dans le Sud-Est, en particulier sur la Côte d’Azur où la candidature d’E. Zemmour la déstabilise. Cette année, ses zones de progression correspondant aux bastions des Républicains, fortement fragilisés dans cette élection, lui permettent de poursuivre sa progression à l’ouest de la diagonale Le Havre/Marseille. Ainsi, dans cet espace qui restait en partie  inaccessible au FN, elle réalise lors de ce premier tour ses plus hautes progressions, notamment dans la Sarthe, fief de F. Fillon. Cette zone de développement semble signaler à nouveau un affaissement des barrières au vote d’extrême-droite chez les catholiques (Bréchon 2002), qui votent à 27 % pour la candidate du RN[13]. Point particulièrement notable, le vote des catholiques se scinde selon la pratique de la religion : M. Le Pen surperforme auprès des catholiques non-pratiquants (rassemblant 29 % de cet électorat vs. 7 % pour E. Zemmour) et E. Zemmour auprès des pratiquants réguliers (rassemblant 16 % d’entre eux vs. 20 % pour M. Le Pen).

Une consolidation de sa base électorale

Confrontée à une concurrence et des transferts électoraux importants vers d’autres candidats (14% de son électorat de 2017 déclare avoir voté pour E. Zemmour[14]), M. Le Pen réussit néanmoins une performance électorale en se déployant auprès des secteurs sociaux qui constituaient déjà le cœur de son électorat et auprès d’une partie des abstentionnistes de 2017, un quart de ceux étant retournés aux urnes ayant choisi sa candidature.

L’élargissement de son électorat n’a pas engagé de modification profonde de ses caractéristiques sociales. Elle obtient ainsi ses meilleurs résultats auprès des actifs, et particulièrement auprès des travailleurs et travailleuses du bas de l’échelle salariale (36 % chez les ouvriers et les employés). De la même manière que lors de la précédente élection, le Rassemblement National peine à convaincre les cadres (12 %). Elle réalise également ses scores les plus élevés auprès des votant·es non-diplômés (35 %) et plafonne à 13 % à partir du niveau Bac +3. Sur le plan économique, plusieurs indicateurs permettent de caractériser la situation de ses électeurs et électrices. D’un point de vue subjectif d’abord, ils sont 44 % à déclarer se restreindre en fin de mois (contre 41 % des votant·es JL.M et 23 % des votant·es Macron). Elle obtient donc ses scores les plus importants auprès de ceux qui déclarent “boucler juste leur budget” (30 % de ces répondant·es) ou “vivre sur leurs économies ou grâce à un ou plusieurs crédits” (28 %). De plus, elle obtient 31 % des voix auprès des foyers ayant un revenu net inférieur à 1500 euros. Plus largement, le vote M. Le Pen est privilégié par les électeurs et électrices témoignant d’une importante insatisfaction au regard de leur situation personnelle. Ainsi, 46 % des personnes se déclarant “pas du tout satisfaites” de leur vie ont choisi le bulletin de la candidate du RN.

La polarisation de l’électorat populaire
Ici, il peut être intéressant de tenter de comparer les propriétés sociales de l’électorat populaire au regard des votes pour M. Le Pen et pour JL. Mélenchon. Si une enquête plus poussée mérite d’être menée, les données de seconde main permettent d’esquisser ces fractures au sein des franges précarisées. Au regard du milieu social auto-déclaré, le sondage Ipsos propose les modalités “Défavorisés” et “Catégories populaires” permettant de d’esquisser une polarisation, bien qu’à prendre avec précaution. La première modalité permet ainsi de saisir un sentiment d’exclusion et d’injustice et la seconde un sentiment d’appartenance de classe. Là où JL. Mélenchon obtient un score similaire auprès de ces deux catégories (27 % et 28 %), M. Le Pen obtient ses meilleurs résultats auprès des défavorisés (37 % contre 29 % chez ceux qui s’identifient aux catégories populaires). Pour ce qui est des différences en termes de revenu, la précaution vis-à-vis des indicateurs est également de mise. Le sondage Ifop indique que le candidat de la France Insoumise fait un meilleur score auprès des votant·es les plus précaires (34 % de ceux vivant avec moins de 900 euros par mois contre 26 % pour M. Le Pen). Néanmoins, la prise en compte de la participation d’une partie des étudiant·es à ce groupe, davantage tournés vers la candidature insoumise, n’en permet pas une analyse tranchée. On voit par exemple que les chômeurs se polarisent sur les votes LFI et RN – 30 % contre 32 % selon le sondage Ifop[15] et 34 % contre 29 % selon le sondage Ipsos[16].  Sans grande surprise, le sondage de l’Ifop pour Jeune Afrique avait également montré, en amont de l’élection, l’aversion des électeurs et électrices ayant une ascendance migratoire africaine – plus exposés à l’expérience des discriminations – pour le vote M. Le Pen, ce qui va dans le sens d’un électorat composé des franges populaires sans ascendance migratoire. L’absence de sondage selon le secteur d’activité ou la PCS à deux chiffres[17] rend difficile une caractérisation fine de ces fractures. Le vote selon le niveau de diplôme permet toutefois de voir que les travailleurs et travailleuses précaires sans diplôme se tournent plus facilement vers M. Le Pen que vers JL. Mélenchon, tandis que le fait de détenir un diplôme tend à éloigner du vote pour le RN[18].

La fin du “Radical Right Gender Gap[19]” ?

Alors que la littérature scientifique récente insiste sur le processus de résorption du  gender gap vis-à-vis du vote à l’extrême droite[20], historiquement davantage masculin, qu’en est-il lors cette élection ? Tous les sondages jour de vote disponibles montrent l’absence d’écart selon le genre dans l’électorat M. Le Pen pour ce premier tour de l’élection présidentielle. Le sondage Harris Interactive[21] semble même montrer une tendance inverse, avec un score de 27,8 % auprès des femmes et de 21,9 % auprès des hommes. En revanche, E. Zemmour obtient quant à lui le score de 9 % auprès de l’électorat masculin, probablement plus sensible aux teintes misogynes et agressives de la campagne menée par le candidat de Reconquête, contre 5 % auprès des femmes[22]. Cette propension masculine au vote d’extrême droite n’est donc pas entièrement caduque, mais semble avoir été davantage captée par le vote E. Zemmour.

Le vote E. Zemmour
Malgré une campagne instruite en priorité sur les thématiques traditionnelles de l’extrême-droite (xénophobie, islamophobie), c’est dans l’espace situé entre les Républicains et le Rassemblement National qu’E. Zemmour s’est créé un espace électoral. Son électorat se constitue de personnes issues de la droite traditionnelle et des franges supérieures des votant·es RN. La part de l’électorat de M. Le Pen ayant été séduite par la candidature d’E. Zemmour est la moins soumise aux contraintes économiques et la moins portée sur les enjeux sociaux. Ainsi, seuls 21 % de ses électeurs et électrices mentionnent le pouvoir d’achat comme enjeu ayant présidé à leur choix (56 % dans l’électorat de M. Le Pen) et les trois enjeux qui ressortent massivement chez les votant·es E. Zemmour sont l’immigration (79 %), l’identité et les valeurs de la France (65 %) ainsi que la sécurité (55 %). Les 7 % obtenus par le candidat rassemblent donc principalement d’anciens électeurs et électrices de M. Le Pen issus du salariat qualifié (28 % chez les anciens lepénistes CSP+, contre 20 % chez les ouvriers, selon un sondage Ifop datant de mars dernier[23]), ainsi que les moins fortunés des électeurs et électrices de Fillon (21 % dans les catégories populaires ayant voté pour le candidat en 2017 contre 17 % chez les cadres).

Pour conclure

  • Affaibli dans certaines zones de force historique (le Sud-Est) et en progression dans les espaces où il était jusqu’ici encore faible (l’Ouest), le vote Le Pen se présente plus que jamais comme un vote distribué dans les zones rurales et du périurbain, de plus en plus indépendamment des histoires politiques régionales. 
  • Comme l’a montré V. Girard[24], l’explication du vote RN par l’appartenance à un territoire périurbain ou rural est potentiellement à nuancer. La position géographique indique une participation particulière au marché du travail marquée par l’emploi au sein des PME et l’arbitraire patronal dans la gestion des carrières. Cette expérience du travail tend à développer chez les salariés une quête de stabilité fondée sur l’adoption d’une éthique méritocratique du travail, développée au détriment de la valorisation du capital scolaire et de l’attachement aux valeurs de la gauche (solidarité, vision positive du collectif). 
  • Le rôle des contraintes budgétaires et des formes de dévalorisation subies par ce salariat populaire constitue déjà un des axes d’explication heuristique de la croissance du RN. Le portrait social de la compétition Le Pen-Zemmour parmi les classes supérieures pourrait alors constituer un élément important de l’explication de l’élection de 2022.

Jean-Luc Mélenchon : quelle union populaire ?

Lors de l’élection présidentielle de 2017, le Parti Socialiste (soutenu par Europe-Ecologie Les Verts) n’a pas été en capacité de recueillir les suffrages des électeurs et électrices traditionnels de la gauche. Ces derniers s’étaient portés massivement sur la candidature de JL. Mélenchon (19,58 % vs. 6,36 % pour Benoît Hamon). Loin d’établir une hégémonie, le résultat avait relancé la compétition à gauche entre d’un côté, des partis traditionnels décidés à retrouver une dynamique électorale, et de l’autre, La France Insoumise qui s’était imposée, lors des présidentielles, comme la principale force politique de gauche. À l’abord de la présidentielle de 2022, les formations de l’espace social-démocrate (PRG, PS, EELV) ont dans un premier temps parié sur une stratégie d’union autour d’une candidature commune pour recouvrer une position centrale en pariant sur la mise à l’écart de la France Insoumise. Face à un Parti Socialiste en perte de vitesse et des résultats encourageants aux européennes et aux élections locales, les écologistes pensaient s’imposer à la tête d’une coalition. Les diverses initiatives de rassemblement ayant échoué, chaque formation s’est finalement reportée sur le choix de présenter sa propre candidature. Le Parti Communiste Français a quant à lui été emmené par une direction répondant aux aspirations exprimées par ses adhérent.e.s au congrès de 2018, en renouant avec une candidature indépendante. Si la France Insoumise a au cours de ce quinquennat oscillé entre une stratégie populiste et une réaffirmation de son ancrage à gauche, elle a en 2022 misé sur une nouvelle stratégie, baptisée “Union Populaire”. Cette dernière se caractérise par la défense d’une perspective anti-raciste, féministe et écologiste en fédérant dans la campagne des personnalités impliquées dans ces combats.

Le paysage fracturé sur lequel se sont exprimés les électeurs et électrices de gauche n’a pas fondamentalement transformé les tendances et les équilibres observés en 2017. Le Parti Socialiste avec 1,74 % des voix semble au bord de l’effacement. Les écologistes n’ont eux pas réussi à convaincre par delà leurs électeurs-types et ont confirmé leur rendez-vous manqué avec les classes populaires, butant à 4,63 % des suffrages exprimés. L’addition des deux résultats (4,63 % soit 1 627 853 de voix et 1,74 % soit 616 478 de voix) correspond peu ou prou au poids de la candidature de B. Hamon en 2017, qui obtenait 6,36 % des suffrages, soit 2 291 288 voix. Le total à gauche a cependant augmenté, passant de 27,67 % à 31,94 %. En rassemblant près de 28 %[25] des abstentionnistes du 1er tour de 2017 ayant voté en 2022 (soit 750 000 votant·es et près de 10 % de son électorat total), le candidat JL. Mélenchon est le principal contributeur à cette progression de la gauche. Les autres candidats à gauche ont respectivement recueilli 6 % pour Y. Jadot, et 3 % chacun pour P. Poutou, F. Roussel et A. Hidalgo des voix des ces abstentionnistes de 2017. 

Comme lors de la précédente présidentielle, le candidat insoumis a distancé tous ses concurrents à gauche par plusieurs millions de voix. En progression de plus de 600 000 voix, l’électorat de JL. Mélenchon s’inscrit à la fois dans une certaine continuité avec l’élection de 2017 mais connaît de profondes transformations. Il capte le vote de 43 % des électeurs B. Hamon et de 7 % des électeurs Macron. Cependant, son taux de reproduction du vote parmi ses électeurs de 2017 est particulièrement faible (66 % contre 74 % pour E. Macron et 78 % pour M. Le Pen) pour un électorat en progression. Les électeurs perdus alimentent pour 15 % des candidats de gauche, ce qui ne semble pas étonnant dans le contexte de division, et 18  % pour l’espace politique allant de E. Macron à E. Zemmour. En comparaison, M. Le Pen n’abandonne que 6 % de ses électeurs et électrices à l’espace politique qui va de Macron à l’extrême-gauche. La dynamique de JL. Mélenchon se fonde alors probablement sur un déplacement des espaces sociaux mobilisés plus important que pour les deux autres principaux candidats.

Un vote transclasse ?

JL. Mélenchon obtient des résultats relativement homogènes dans chacune des CSP, à l’exception d’une sous-performance chez les retraité·es (11%). Il obtient le vote de 25 % des cadres et professions intellectuelles supérieures, des professions intermédiaires et des employés et 23% des ouvriers[26]. Cependant, cette distribution tend à occulter certaines des caractéristiques de son électorat puisque comme en 2017[27], celui-ci est majoritairement composé de votant·es qui appartiennent à la fois à des segments dévalorisés et précarisés du marché du travail. 

La décomposition par type de diplôme confirme la présence d’un soutien à sa candidature parmi les diplômés. il recueille 22 % chez les personnes détenant un diplôme niveau bac et 26 % chez les personnes détenant un diplôme supérieur à la licence. Néanmoins, il réalise un score inférieur à sa moyenne dans les plus hautes tranches de revenu : 28 % chez les personnes gagnant moins de 1250 euros mensuels et 18 % pour ceux qui gagnent plus de 3000 euros. Sa candidature capte potentiellement les personnes qui possèdent un diplôme sans obtenir de rémunération très élevée. Le croisement des indicateurs de diplôme et de revenus constituera une des lignes de recherche importantes pour mieux comprendre cette partie de l’électorat. Dans les secteurs précaires du monde du travail et des catégories populaires, JL. Mélenchon obtient 34 % des voix des chômeurs et 34 % des suffrages exprimés par les personnes ayant un revenu inférieur à 900 euros dans le sondage IFOP. Il réalise également des scores très élevés dans les territoires les plus populaires, à commencer par les départements d’Outre-Mer (où il réalise un score se situant en moyenne autour de 50 %), et culmine à 42,5 % dans les 1 % des communes les plus pauvres[28]. Cette mobilisation des catégories populaires est un élément de distinction conséquent de JL. Mélenchon avec ses concurrents à gauche. À contrario, l’espace social-démocrate tout comme le PCF apparaissent nettement plus éloignés de ces groupes sociaux. À titre d’exemple, Y. Jadot et F. Roussel n’ont suscité le soutien que d’1 % des ouvriers, de respectivement 4 et 6 % des chômeurs ou de 3 et 6 % des personnes ayant un revenu inférieur à 900 euros mensuels. Y. Jadot réalise d’ailleurs ses meilleurs résultats dans les 1 % des communes les plus riches (6,3 %) quand il obtient 2 % dans le 1 % des communes les plus pauvres.

Figure 4 Vote pour JL. Mélenchon en fonction du niveau de vie médian des communes

En 2017, le soutien à la candidature de JL. Mélenchon ne souffrait pas de déséquilibre entre les territoires urbains et ruraux. Mais en 2022, il surperforme dans les grandes agglomérations et en région parisienne et recule dans les communes de moins de 10 000 habitants[29]. C’est dans les communes où les population vivent à la fois les discriminations racistes et la pauvreté économique qu’il réalise ses meilleurs scores. Il réunit 42% des suffrages dans le centile des communes les plus pauvres de France. On peut émettre l’hypothèse que cette réussite s’explique par deux raisons concomitantes. D’une part, l’adoption d’une stratégie qui embrasse une partie de la plateforme antiraciste (lutte contre l’islamophobie et les violences policières) pourrait avoir provoqué une recomposition partielle de l’électorat, mobilisant les habitants des grandes agglomérations exposées aux discriminations sociales et raciales. D’autre part, sa progression est plus limitée dans les communes rurales et semi-rurales où il subit dans une certaine mesure une concurrence du candidat communiste qui y surperforme légèrement, relativement à son résultat national.

JL. Mélenchon et les musulmans : un vote communautaire ?
Cette importance de l’articulation des thématiques semble également expliquer les scores particulièrement élevés de JL. Mélenchon dans les banlieues populaires. Le candidat dépasse ainsi les 60 % dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis, ce qui a conduit certains commentateurs à parler de vote communautariste de banlieue ou musulman. Cette analyse isole la variable religieuse de toutes les autres dimensions du vote. et notamment le fait que les catégories populaires sont les plus directement exposées au racisme et aux discriminations, dans un contexte de croissance de l’extrême droite. Les résultats du collectif Focale[30] sur les élections de 2017 montraient ainsi qu’au sein de l’électorat issu de l’immigration maghrébine ou d’Afrique subsaharienne, les scores de JL. Mélenchon étaient tout particulièrement élevés chez les plus précaires et les plus exposés à la dévalorisation au travail. Il est très probable que les résultats observés en 2022 soient le reflet d’un approfondissement de ce phénomène.L’enquête sur le vote confessionnel confirme les préoccupations sociales des personnes de confession musulmane, qui ont très majoritairement voté en faveur de JL. Mélenchon (69 %). Ils sont en effet 78 % à considérer déterminant “​​le relèvement des salaires et du pouvoir d’achat”, et “L’évolution du prix des carburants et de l’énergie”, qui font écho à deux mesures phares de la campagne du candidat de l’Union Populaire. Notons toutefois l’absence, dans les indicateurs mesurant les déterminants du vote, d’items permettant d’appréhender l’importance de la lutte contre les discriminations. Ce point aveugle des sondages ne permet pas d’évaluer l’importance du discours anti-islamophobie de JL. Mélenchon dans la mobilisation très importante des électeurs et électrices musulman.e.s. Les études sociologiques tendent à montrer que cet électorat vote sur la base d’une expérience de discrimination plutôt qu’une orientation religieuse[31]. Ainsi, le niveau de fréquentation des offices n’a pas d’incidence sur  leur orientation électorale, contrairement aux votant·es catholiques.

Pour conclure

  • La perte de l’ancrage ouvrier[32], associée à la proximité des scores de l’électorat JL. Mélenchon au sein de l’ensemble des catégories socioprofessionnelles, invitent à penser que la gauche n’a plus de base sociale spécifique. Pour autant, le travail sur les cartes et les sondages permet de supposer que JL. Mélenchon a réussi à approfondir le soutien de deux groupes sociaux avec lesquels il avait déjà noué un lien au cours des élections précédentes : les travailleurs et travailleuses socio-culturels d’une part, qui constituaient l’un des points forts de son électorat en 2012, et les personnes racisées d’autre part, déjà parmi les plus actifs dans la mobilisation électorale de 2017[33]
  • Sans qu’il soit possible de trancher la question à partir des données disponibles, l’électorat de JL. Mélenchon est probablement un conglomérat associant des classes relativement diplômées dont la rémunération est relativement faible, et des classes populaires plutôt diplômées et/ou exposées aux discriminations raciales. Pour JL. Mélenchon, l’analyse ne pourra faire l’impasse sur la dimension temporelle et dynamique de la décision de vote. À l’hiver dernier, son électorat semblait plus populaire (ouvriers et personnes discriminées) que les votant·es qui se sont décidés dans les derniers jours. La mobilisation de dernière minute a potentiellement une dimension très différente et semble avoir mobilisé plusieurs groupes de votant·es dont il semble difficile d’établir le portrait-type. L’identification des strates de la mobilisation constituera alors un élément crucial de la compréhension de cet électorat.

Critique des raisons électorales ?

JL. Mélenchon : le “vote utile” en question

La forte progression de JL. Mélenchon en fin de campagne est le résultat de deux phénomènes convergents électoralement mais de nature différente : la capacité à mobiliser les abstentionnistes et le fait de s’être imposé comme le vote stratégique d’électeurs et électrices privilégiant la qualification au second tour du candidat le mieux placé dans leur famille politique. Suite au premier tour, l’enquête d’OpinionWay pour Cnews et Europe 1 affirmant que 50 % des électeurs et électrices de JL. Mélenchon ont “voté utile” a beaucoup circulé pour notamment nuancer l’idée d’un rassemblement idéologique autour de sa candidature. Toutefois ce chiffrage est construit sur des indicateurs pouvant porter à confusion.

Deux items étaient proposés aux enquêté·es : “Aujourd’hui, j’ai voté pour mon candidat préféré, quelles que soient ses chances de l’emporter” et “Aujourd’hui, j’ai voté utile en tenant compte des chances de chaque candidat”. À cette question, JL. Mélenchon est celui qui recueille le plus faible score sur la première réponse, avec 49 %, contre 50 % des personnes parlant d’un “vote utile”. La construction des items pose tout de même question en interrogeant sur deux dimensions : le fait d’avoir voté pour son candidat préféré, et le fait de prendre en compte les chances de l’emporter. Un électeur de JL. Mélenchon le considérant à la fois comme son candidat préféré et comme le candidat de gauche ayant le plus de chances d’accéder au second tour serait ainsi mis en difficulté pour choisir l’un des deux termes de cette alternative. 

Cette formulation laisse également penser que le choix électoral peut se penser hors des considérations stratégiques. Or, il est plus vraisemblable que les dimensions stratégiques et les convictions soient en partie indissociables dans les délibérations de bon nombre d’électeurs. Enfin, le terme de “candidat préféré” peut être compris de multiples manières et implique probablement tantôt la personnalité du candidat, tantôt l’image de son parti, tantôt encore le contenu de son programme. Ce premier indicateur ne suffit donc pas à conclure à un électorat JL. Mélenchon divisé pour moitié entre les votes de conviction et les votes utiles. L’opposition binaire entre “vote de cœur” et “vote utile” semble ici trouver sa limite. 

L’institut Ifop mesure quant à lui l’influence sur le vote de la capacité à être au second tour et obtient des résultats très différents d’OpinionWay.  Ainsi, parmi les candidat·es donnés par les sondages comme ayant une chance d’aller au second tour, JL. Mélenchon est celui qui a le moins mobilisé sur l’opportunité de se qualifier (62 % contre 71 % pour E. Macron et 70 % pour M. Le Pen). Les concessions des électeurs et électrices de gauche, qui auraient voté pour JL. Mélenchon se sont peu faites sur le fond : 80 % d’entre eux jugent déterminant le programme, le plus fort niveau de l’ensemble des candidat·es[34] (contre 64 % des électeurs et électrices de F. Roussel, et de 73 % de celles et ceux de Y. Jadot). Toutefois, ils ont parfois été amenés à dépasser leurs réticences sur la personnalité clivante du candidat. 

Plutôt qu’un vote uniquement “utile”, JL. Mélenchon a bénéficié d’une conjoncture positive avec un vote de conviction (lorsqu’il est mesuré du point de vue de l’accord avec le programme), qui avait l’avantage en fin de campagne d’être lié au fait d’empêcher l’extrême droite d’accéder au second tour.

Quant à E. Macron, le sondage Ifop montre que “le programme et le projet” sont des éléments déterminants pour 66 % de ses électeurs et électrices, soit respectivement 14 et 12 points de moins que dans les électorats de JL. Mélenchon et M. Le Pen. A l’inverse, le critère de la “personnalité” du candidat est plus central chez E. Macron que chez tou·tes les autres candidats (à l’exception d’E. Zemmour pour lequel les scores sont comparables). On retrouve des résultats similaires dans le sondage Ipsos[35], dans lequel 71 % des votant·es Macron indiquent que “la stature présidentielle” a été l’une des principales raisons de leur vote.

Ainsi, les raisons du vote de chacun des électorats se structurent moins sur l’opposition entre un vote utile et un vote de conviction que sur une opposition entre des votes sur les programmes et un vote sur la “stature” des candidats. Les arbitrages de dernières minutes ont pu favoriser chacun des candidats les mieux placés des trois pôles politiques, mais le vote pour JL. Mélenchon ne semble pas être celui qui a demandé l’arbitrage le plus difficile entre utilité du vote et attachement au programme.

Pouvoir d’achat, écologie, migration : quels enjeux dans l’élection ?

La campagne de 2022 a été marquée par la place considérable occupée par la pandémie puis par la guerre en Ukraine, mais c’est sur la question du pouvoir d’achat que le choix des électeurs et électrices s’est majoritairement constitué. Dans le sondage “jour du vote” de l’Ifop[36] “La guerre en Ukraine” et “La lutte contre l’épidémie de COVID-19” arrivent ainsi en dernière position. Aussi, la quasi absence de la question de la dette ou de l’Europe contraste avec les campagnes de 2012 et 2017.

Invités par Ipsos à choisir trois enjeux principaux, les répondant·es placent le pouvoir d’achat très largement en tête (58 %), loin devant l’immigration (27 %) ou le système de santé (26 %). Dans les données Ifop[37], l’item “relèvement des salaires et du pouvoir d’achat” arrive en seconde position du classement, juste derrière “La santé” (68 % vs 71 %). Pour autant, cette préoccupation est loin d’être uniformément répartie dans les électorats. Très largement sur-représentée dans les électorats de JL. Mélenchon et M. Le Pen (autour de 80 % pour l’Ifop par exemple), cette thématique est beaucoup moins centrale pour les électeurs et électrices de E. Macron ou V. Pécresse (55 % dans les deux cas) ou de Y. Jadot (50 %).

Il est également probable que la façon dont la thématique du “pouvoir d’achat” est investie diffère grandement d’un électorat à l’autre. Chez M. Le Pen, les indicateurs très élevés sur le pouvoir d’achat côtoient des indicateurs également très hauts sur l’importance accordée à “la lutte contre l’immigration clandestine”. Dans l’électorat de JL. Mélenchon, “la lutte contre la précarité” et “les inégalités” structurent aussi fortement le vote. Le remplacement de la question de l’emploi par celui du “Pouvoir d’achat” comme thème déterminant du vote, masque probablement la polysémie avec laquelle chaque électorat investit cette cause et la grande diversité des combats qui lui sont articulés.

La capacité à articuler les thématiques entre elles à joué un rôle décisif dans le ralliement des électeurs autour de M. Le Pen et JL. Mélenchon. Ce dernier réussit à capter nombre d’électeurs et électrices qui votent sur les enjeux écologiques probablement parmi ceux qui sont les plus soucieux des enjeux de luttes contre les inégalités et la précarité. À titre d’exemple, l’étude menée au sein des marches pour le climat par le collectif Quantité Critique, montre dans un public acquis à EELV aux Européennes, le trouble provoqué par la candidature de l’Union Populaire chez les militant·es les plus soucieux de mêler responsabilité écologique et questions sociales[38]. Dans l’électorat de JL. Mélenchon, la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique sont jugées déterminantes pour 64 % des électeurs et électrices. Ces thématiques semblent en grande partie s’articuler avec la hausse des salaires et le pouvoir d’achat (81 %) et la lutte contre la précarité (73 %). Alors que  les votant·es Y. Jadot sont ceux qui ont le plus (et dans des proportions massives), déterminé leur vote sur la question environnementale, les questions du pouvoir d’achat, des salaires ou même de l’éducation apparaissent comme faiblement importantes (autour de 50 % et seulement 35 % pour le logement comme pour la lutte contre le chômage) pour cet électorat de gauche. 

Dans le pôle d’extrême-droite, l’offensive de Zemmour semble avoir réussi à mobiliser des électeurs et électrices presque exclusivement tournés vers les politiques d’extrême droite : 93 % d’entre eux considèrent “la sécurité et la lutte contre la délinquance” comme déterminantes (+10 points par rapport à l’électorat de M. Le Pen) et 90 % pour “la lutte contre l’immigration clandestine” (+11 points par rapport à M. Le Pen), mais seuls 52 % d’entre eux (-28 points par rapport à M. Le Pen) accordent une grande importance à la question du pouvoir d’achat. Dans l’électorat M. Le Pen, les trois thématiques “historiques” (sécurité-délinquance, terrorisme et immigration clandestine) se mêlent avec les trois thématiques sociales du moment de la campagne : pouvoir d’achat, santé et prix des carburants. Ces six thématiques sont jugées déterminantes par plus de 60 % de ses électeurs.

Ainsi, cette campagne à poursuivi la redéfinition de l’opposition gauche-droite engagée en 2017, en tant que celle-ci tend de plus en plus à opposer celles et ceux qui votent sur les enjeux écologiques à celles et ceux qui votent sur des enjeux migratoires. Mais les candidats les plus nettement investis sur ces questions, Jadot pour l’écologie, Zemmour pour la migration, ont échoué à convaincre largement faute de réussir à articuler ces thématiques aux autres enjeux de campagne. La capacité à incarner électoralement chacun de ces pôles, a moins dépendu d’une crédibilité sur la question centrale de son camp que d’une capacité à connecter l’écologie ou la migration à la question sociale du moment : celle du salaire et du pouvoir d’achat.

Pour qui votent les gilets jaunes ?
Les traductions électorales du mouvement des gilets jaunes font largement débat, les premiers travaux sociologiques[39] montrant que ce groupe était, en 2017, polarisé entre M. Le Pen, JL. Mélenchon et l’abstention. À l’issue de ce premier tour, croiser les indicateurs permet d’esquisser des pistes pour l’analyse. Le sondage “jour de vote” réalisé par BVA montre dans un premier temps que le taux d’abstention des personnes ayant participé au mouvement des gilets jaunes est sensiblement identique à celui de l’ensemble de la population. Il n’y a donc ni dynamique s’opposant aux formes classiques de participation politique, ni engouement important vis-à-vis de cet enjeu électoral. Ces résultats semblent également montrer un vote massif des anciens gilets jaunes en faveur de M. Le Pen, qui récolterait 44 % des voix auprès de cette population, contre 28 % pour JL. Mélenchon. Les deux candidats, qui ont intégré la proposition du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) dans leur programme, offrent un débouché à cette revendication phare du mouvement. Néanmoins, les données Elabe sur le vote au premier tour confirment l’importance de saisir ces gilets jaunes du point de vue de leur trajectoires d’engagement. Ainsi, si M. Le Pen est plébiscitée par les votant·es qui soutiennent aujourd’hui encore le mouvement, ou s’en estiment toujours membres (39 % contre 26 % pour JL. Mélenchon), les sympathisant·es y ayant participé, mais qui aujourd’hui s’en détournent, ont plutôt choisi JL. Mélenchon (33 % contre 27 % M. Le Pen).
Il est probable que la participation au mouvement n’ait pas massivement influencé les orientations électorales de ses participants. Nombre de sujets, comme l’immigration et l’”assistanat”, ont souvent été considérés comme trop controversés pour être traités au sein du mouvement. Cette attitude à plutôt eu tendance à préserver les orientations électorales des participants. 
Cette différence entre ceux qui restent dans le mouvement et ceux qui s’en sont éloignés s’explique potentiellement par des rapport très différents à l’engagement. Les personnes de gauche possédant plus souvent d’autres espaces partisans, syndicaux. professionnels pour s’engager. Pour les autres gilets jaunes, ces ressources collectives étaient en général plus limitées.

Pour qui vote le mouvement pour le climat ?
L’enquête que nous avons menée le 12 mars 2022 dans la marche pour le climat, montre des préférences électorales très fortement sectorisées à gauche. ​​Au sein de la manifestation, Jean-Luc Mélenchon devance Yannick Jadot, avec 47 % d’intention de vote pour le premier tour de la présidentielle contre 38 % pour le candidat écologiste (enquête réalisée entre le 13 et le 18 mars, soit un peu moins de 4 semaines avant le premier tour). Comparé aux sondages en population générale, le candidat Vert occupe une place importante, mais ces chiffres montrent que Y. Jadot n’est pas parvenu à se positionner comme le réceptacle électoral du mouvement pour le climat. Les dynamiques de campagne dans les dernières semaines, en particulier les ralliements à la candidature de JL. Mélenchon, laissent à penser que l’érosion du vote pour Y. Jadot s’est prolongée chez les militants écologistes.
Les résultats font également apparaître la faiblesse et le recul du soutien à la candidature d’Emmanuel Macron : seules 5 % déclarent vouloir voter pour lui. En 2017, parmi ce même groupe, ils étaient 22 % à avoir voté pour le candidat d’En Marche. Ce décrochage témoigne de l’échec du président de la République à incarner l’image du « président de la Terre » qu’il avait tenté d’investir en début de mandat et de la déception liée à la loi Climat et résilience, éloignée de l’ambition des mesures proposées par la Convention citoyenne pour le Climat.
On peut également noter l’incapacité des forces de gauche “historiques” (PS/PCF) à convaincre les marcheurs et marcheuses contre l’inaction climatique. Le PCF réalise parmi eux un score de 2 % et A. Hidalgo ne recueille que 1,5 % des voix. Ce décrochage de la candidate socialiste est surprenant dans une population majoritairement parisienne et écologiste. Pour F. Roussel, ce faible score peut s’expliquer par sa campagne dénonçant une gauche « bobo » et « culpabilisante ». La campagne électorale est venue renforcer la faiblesse de ces deux formations déjà constatée par les enquêtes précédentes.
Des différences apparaissent entre les électorats de Y. Jadot et de JL. Mélenchon. Lorsque l’on se penche sur les thématiques déterminantes du vote, on s’aperçoit que les votant·es Jadot dans la manifestation citent en première place la protection de l’environnement. Chez les votant·es insoumis, si l’environnement reste central, les inégalités sociales le sont aussi, alors qu’elles sont moins citées chez les électeurs et électrices de Jadot.
JL. Mélenchon incarne ainsi une proposition électorale qui articule la question environnementale aux autres luttes sociales, tandis que la candidature de Y. Jadot correspond à un vote davantage concentré sur la question environnementale. Ce résultat est renforcé par le fait que le candidat insoumis fait ses meilleurs scores chez les personnes qui se mobilisent dans d’autres secteurs ; pour les droits des femmes, dans le combat antiraciste et dans les luttes syndicales. Ainsi, le travail réalisé par La France Insoumise sur les questions écologistes, qui n’avait pas produit de réalignement électoral important lors des élections intermédiaires, a au cours de cette campagne orienté fortement les pratiques de votes des militant·es écologistes les plus engagé·es.

Notes

[1] Voir le sondage Elabe pour BFMTV de février 2020, qui montre que l’hypothèse d’un duel Macron-Le Pen satisfait 19% des sondé·es.

[2] Pascal Perrineau, Le vote disruptif, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

[3] C'est-à-dire la position dans les rapports de racialisation, de genre et de classe, ou encore le lieu d’habitation.

[4] Patrick Lehingue, Le vote: Approches sociologiques de l'institution et des comportements électoraux, Paris, La Découverte, 2011.

[5] Ipsos, “Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes”, 10 avril 2022.

[6] Rouban, Luc, “Le peuple qui vote Mélenchon est-il le peuple ?”, La Tribune, 1er octobre 2017.

[7] Bruno Amable et Stefano Palombarini. L’illusion du bloc bourgeois. Alliances sociales et avenir du modèle français. Raisons d'agir, 2017.

[8] Collectif Focale. Votes populaires ! Les bases sociales de la polarisation électorale dans la présidentielle de 2017, Editions du Croquant, 2022, 228p.

[9] Ifop, “Le vote des électorats confessionnels au 1er tour de l’élection présidentielle”, 10 avril 2022.

[10] Voir par exemple les sondages Harris Interactive entre septembre et novembre 2021. La vague 21 du “Baromètre d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 2022” le crédite même de 19% en cas de candidature de Michel Barnier pour les Républicains. L’Ifop du 6 novembre 2021 le crédite également d’un score entre 16,5 et 18%.

[11] Ipsos, “Comprendre le vote des français”, 10 avril 2022.

[12] Amélie Poinssot, “​​Vote Le Pen : « Sortir d’une lecture binaire entre urbain et rural ». Entretien avec Benoît Coquard”, Mediapart, 16 avril 2022

[13] Ifop, “​​Le vote des électorats confessionnels au 1er tour de l’élection présidentielle”, 10 avril 2022.

[14] Ipsos, “Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes”, 10 avril 2022.

[15] Ifop, “Jour de vote”, 10 avril 2022.

[16] Ipsos, “Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes”, 10 avril 2022.

[17] La nomenclature des Professions et Catégories Socioprofessionnelles classifie les différents rapports à l’emploi. La PCS à un chiffre renvoie à la division classique entre artisans, cadres, professions intermédiaires, employés et ouvriers. La PCS à deux chiffres précise la classification, en permettant de spécifier les catégories, à partir de divisions fondées sur les secteurs.

[18] Pour une analyse localisée des bases sociales de la polarisation électorale de l’élection présidentielle de 2017, voir l’ouvrage Votes Populaires ! du collectif Focale (2022).

[19] Conceptualisé par Terry Givens, le gender gap précise les déterminants de la préférence électorale pour les partis d’extrême-droite, relativement plus ancrée chez les hommes. Ce concept est toutefois discuté car il ne permet pas d’appréhender finement les implications des rapports au vote différenciés, de la production d’inégalités de genre, des conditions d’existence, rôles sociaux différents ou encore rapport de force au sein du couple.

[20] Christèle Marchand-Lagier, « Le vote des femmes pour Marine Le Pen. Entre effet générationnel et précarité socioprofessionnelle », Travail, genre et sociétés, 2018/2 (n° 40), p. 85-106.

[21] Harris Interactive, “Sociologie du vote - Premier tour”, 10 avril 2022.

[22] Ifop, “Présidentielle 2022 – Sondage jour du vote : Profil des électeurs et clés du scrutin (1er tour)”, 10 avril 2022.

[23] Ifop, “Focus N°228 - Radioscopie du zemmourisme à l’occasion du meeting d’E. Zemmour au Trocadéro”, 28 mars 2022.

[24] Violaine Girard, Le vote FN au village. Trajectoires de ménages populaires du périurbain, Éditions du Croquant, coll. « Sociopo », 2017, 314 p.

[25] Ifop, “Présidentielle 2022 – Sondage jour du vote : Profil des électeurs et clés du scrutin (1er tour)”, 10 avril 2022.

[26] Ipsos, “Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes, 10 avril 2022.

[27] Collectif Focale. Votes populaires ! Les bases sociales de la polarisation électorale dans la présidentielle de 2017, Editions du Croquant, 2022, 228p.

[28] Traitement des données et visualisation réalisés par Victor Alexandre, datajournaliste pour Le Parisien et diffusée sur son compte Twitter @humeursdeVictor, sur la base des données de l’Insee et du Ministère de l’Intérieur.

[29] Roger Martelli, “2022 : Mélenchon s’installe dans l’espace communiste, mais pas que…”, Regards, 14/04/22

[30] Collectif Focale. Votes populaires ! Les bases sociales de la polarisation électorale dans la présidentielle de 2017, Editions du Croquant, 2022, 228p.

[31] Fatima Khemilat : « Le “vote musulman” n’en finit pas de nourrir les imaginaires européens », Le Monde, 21 avril 2017

[32] Guy Michelat et Michel Simon. Les ouvriers et la politique. Permanence, ruptures, réalignements. Presses de Sciences Po, 2004

[33] Collectif Focale. Votes populaires ! Les bases sociales de la polarisation électorale dans la présidentielle de 2017, Editions du Croquant, 2022, 228p.

[34] Nous manquons à ce stade de données croisées sur la part de chaque électorat ayant avant tout voté pour ses propositions programmatiques. Pour autant, il est possible de faire des suppositions, qui devront être confirmées par les enquêtes à venir sur les menaces qui pèsent sur chacun des blocs.

[35] Ipsos, “Comprendre le vote des Français”, 10 avril 2022.

[36] Ifop, “Présidentielle 2022 – Sondage jour du vote : Profil des électeurs et clés du scrutin (1er tour)”, 10 avril 2022.

[37] Ifop, Ibid.

[38] Quantité Critique, “Mélenchon devant Jadot, Macron et Hidalgo décrochés : des sociologues ont enquêté sur le vote du mouvement climat”, L’Obs, 25 mars 2022.

[39] Collectif Quantité Critique “Les Gilets Jaunes ont ils une couleur politique ?”, L’Humanité, 22 décembre 2018



Citer ce billet
Quantité Critique (2022, 15 avril). Trois conglomérats pour une élection. Les bases sociales de l’espace politique en 2022. Quantité Critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3z2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search